search

PORTEFEUILLE BENDIX-BOMBSHELL

Portefeuille à la carte... sans empalmage 

L’effet principal est celui de la carte au portefeuille (une carte signée se retrouve à l’intérieur d’un compartiment condamné par une fermeture-éclair), sauf que dans cette version l’opérateur n’aura ni à exécuter l’enlevage ni l’empalmage de la carte signée. Ici, cette dernière est introduite dans le portefeuille selon le principe du cheval de Troyes.


Portefeuille à la carte... sans empalmage !

Avant tout, le magicien pose son portefeuille bien en évidence sur la table. Puis, il remet un jeu de cartes à un spectateur, qui le mélange, et qui y choisit une carte au hasard. Il signe cette carte sur sa face afin de pouvoir formellement l'identifier plus tard. La carte est remise dans le jeu, qui est à nouveau mélangé (Fig. 1).

                                         PORTEFEUILLE BENDIX-BOMBSHELL

Avant de poursuivre, le magicien demande au spectateur s'il n'a pas choisi le huit de carreau (par exemple), qui a pour habitude de mettre des bâtons dans ses roues. Sur sa réponse négative, le magicien retire le huit de carreau du jeu et le met dans son portefeuille (Fig. 2).

                         PORTEFEUILLE BENDIX-BOMBSHELL

Pour montrer que le huit de carreau n'a pas usurpé sa mauvaise réputation, il demande aussitôt au spectateur de retourner la carte supérieure du jeu : c'est le huit de carreau ! Quant au portefeuille, lui, il est de nouveau vide ! (Fig. 3)

Le magicien demande alors au spectateur de bien vouloir vérifier que sa carte se trouve toujours dans le jeu : on ne sait jamais ! Le spectateur passe donc les cartes en revue une à une et constate que sa carte a disparu ! Le magicien attire son attention sur un compartiment du portefeuille fermé par une fermeture éclair. Après avoir montré ses mains vides, le magicien ouvre celle-ci, et en sort une carte à moitié. Puis il invite le spectateur à la retirer en entier. Le spectateur s'exécute et fini de retirer la carte face en bas. Maintenant, et maintenant seulement, le magicien lui demande de révéler le nom de la carte qu'il avait choisie et signée. Dès que le spectateur l'a fait, il l'invite à retourner, face en haut, la carte qu'il vient de retirer du compartiment fermé du portefeuille. Incroyable : c'est bien sa carte, car elle porte sa signature ! (Fig. 4)

Points forts :
  • L'effet se réalise pour ainsi dire sans aucune manipulation. Le choix de la carte du spectateur est totalement libre, et il n'y a aucun forçage d'aucune sorte, bien sûr. Une fois choisie, la carte doit être contrôlée, mais et retenez bien ceci à aucun moment au cours de la routine il n'est nécessaire d'EMPALMER UNE CARTE !
  • Il n'y a pas de carte duplicata ni de carte double-face : la carte choisie et signée est vraiment celle que le spectateur retire lui-même du compartiment fermé du portefeuille.
  • Lorsque le huit de carreau est mis dans le portefeuille, vous avez indubitablement une seule carte en main, et cette carte est mise, ostensiblement, dans la partie du portefeuille opposée à celle du compartiment fermé. (Fig. 2) La carte reste ainsi en vue jusqu'au dernier moment.
  • L'effet est réalisable immédiatement avec n'importe quel jeu emprunté, format bridge ou poker, et il est totalement impromptu. Autrement dit, vous n'avez besoin de procéder à aucune préparation avant le début du tour.
  • La carte du spectateur est chargée dans le portefeuille de la manière la plus ouverte que l'on puisse imaginer, sans que personne ne s'en rende compte ! Pas de manipulations ou de mouvements secrets : tout se fait ouvertement, sous le nez même des spectateurs !
                                  PORTEFEUILLE BENDIX-BOMBSHELL
Notice explicative de 6 pages en français - Illustré - Format : 21 x 29.7 cm
Disponible par retour sous format PDF
MAXX-218